chronique

TYPHOON
/ Album « Sympathetic Magic »
/ Sortie le 22 Janvier 2021

// Kyle Morton appartient à ces song-writers discrets dont la musique traduit la désillusion du modernisme avec une puissance émotionnelle impalpable qui échappe à toute tentative de s’en emparer.

« Sine Qua Nonentity » qui inaugure l’album est un préliminaire à un spleen en filigrane légèrement camouflé. « Motion Thought » est tout autant magnifique, la mélancolie flotte tout au long de l’album. Murmures d’immobilité, de désirs, de solitude, ces chansons nous rappellent ce que nous sommes,  des pièces séparées comme dans un puzzle, mais réunies au travers de mots si subtils qu’ils nécessitent la plus grande attention pour ne pas passer inaperçus.

Fin observateur du quotidien qu’il met en musique, avec une indépendance exemplaire, Kyle Morton signe un cinquième album qui ravira toutes les oreilles, notamment les amateurs de Calexico. « Empire Builder » magnifié par une section cuivres est incontestablement une chanson visionnaire, une intuition de l’Amérique en proie au doute et à sa lente dégénérescence.

Suite logique du précédent opus « Offerings », Typhoon signe un disque magistral, un véritable voyage au cœur des éléments, une confidence, comme ces histoires chuchotées que l’on échange le soir autour d’un feu, dont les crépitements nous ramène dans un passé pas si lointain mais proche à la fois.

(chronique : Franck irle)

Vous aimerez aussi...