interview

Interview du groupe Pipes And Pints à la Celtic Punk Party « Du Bruit sur Paris » au Trianon ce samedi 16 novembre. Rencontre avec Vojta (cornemuse et chant) et Travis (chant).(Novembre 2019 – par Manon Bilot.)

(©crédit photos : Manon Bilot)

Comment s’est passé le concert  ?

Vojta : C’était une super énergie, sur scène comme dans le public. Le son dans la salle était super bien calibré. Une belle équipe nous a entouré pour cette soirée et sans eux cela n’aurait pas été pareil. Au top le Trianon !
Nous étions très contents car après deux chansons, le public est entré dans notre univers, les pogos et slam ont commencé, et surtout beaucoup de sourires ça fait plaisir. C’est le meilleure scénario possible pour nous, on fait ce métier pour tout ça ! Merci Paris c’était trop bien !

Une présentation du groupe pour celles et ceux qui ne vous connaissent pas ?

Vojta : Nous sommes Pipes and Pints, en provenance de la république Tchèque et notre chanteur vient de la république d’Irlande, précisément de Sligo. Nous nous sommes tous rencontrés à Prague et jouons une musique celtic rock’n’roll, avec une cornemuse.

Pipes and Pints ?

Vojta : Je voulais quelque chose qui décrive la musique que l’on joue mais sous forme de blague. C’est surtout par rapport à la cornemuse, je voulais quelque chose qui sonne traditionnel. Mais à la base ça aurait du s’appeler « Pipes and Beers » !

Vous vous êtes rencontrés à Prague et vous y êtes resté..
Travis : C’est en plein centre de l’Europe, tout le groupe est tchèque et moi je le suis aussi un peu maintenant. Pourquoi bouger alors que toute notre famille, toutes nos habitudes et notre inspiration s’y trouvent ?

Nous sommes au centre de l’Europe et c’est une réelle force pour nous comme pour notre public. On peut voyager en très peu de temps, faire notre job et rentrer ensuite pour se reposer. C’est un peu comme un cirque (rires)

Vojta : Prague est une ville facile d’accès, très sécurisée et c’est une ville plaisante. En plus nous sommes les rois à Prague, pourquoi on bougerait dans d’autres villes où il y a trop de compétition ? (rires)

(©crédit photos : Manon Bilot)

Quelle est la reconnaissance du groupe dans un pays comme la république Tchèque ?

Travis : Nous sommes reconnus et presque des modèles pour ceux qui souhaitent s’aventurer dans le même registre que nous. C’est vraiment facile à Prague de trouver une scène, puis de monter petit à petit.
Si vous êtes de passage à Prague, ne manquez pas les concerts du 007 Club, qui ressemblent aux CBGB en Europe centrale. Ce club est ouvert depuis plus de 40 ans.

Vous partez en tournée pour plusieurs semaines avec les Ramoneurs de Menhirs en France, votre ressenti ?

Travis : Pour nous la France, c’est comme une deuxième maison, le public est très réactif. On a beaucoup joué en 2010 dans des petits clubs, puis on a eu la chance de faire des scènes de plus en plus grosses, alors quelle joie de repartir sur les routes de France !

Vojta : Cela fait 6 ans que l’on connaît les Ramoneurs de Menhirs, nous nous sommes rencontrés par hasard sur un festival et avons gardé contact. Nous avons fait déjà quelques dates avec eux auparavant, c’est comme une réunion de famille après plusieurs mois de séparation, nous sommes toujours heureux de se retrouver et partager des moments comme ceux-là. Nous sommes dans la même agence depuis peu, Rage Tour donc ça s’est fait naturellement. Ça va être super !

En plus, le public vient voir les Ramoneurs de Menhirs, mais lorsqu’on voit les réactions dans la salle, ça ne peut que renforcer votre réputation !

Vojta : Oui exactement et nous sommes les premiers surpris. Après, les Français sont très réceptifs et ouvert d’esprit musicalement. Nous adorons jouer dans différentes villes à travers la France, voir chaque public, chaque spécialité régionale et à ce niveau, Marseille est impressionnante ! C’est bien aussi de venir réveiller les petites villes et que chacun puisse s’identifier à notre musique, et au même esprit que les Ramoneurs de Menhirs: faire la fête tous ensemble dan une ambiance bon enfant !

À propos de votre dernier album et les avis qui lui ont été donnés, êtes vous heureux du travail que vous avez accompli ?

Travis : Oui vraiment, car on a prit une direction totalement différente du premier album et toutes les réactions, de partout en Europe sont bonnes. Ça fait plaisir sachant les risques que nous avons pris.

Vojta : Dans cet album nous avons essayé pas mal de choses, nous avons beaucoup d’influences du fait d’être 5 et nous écoutons tous des choses différentes mais aussi certaines similaires.

Pour le prochain album, nous sommes sur des pistes qui nous permettront de continuer dans cette lignée tout en faisant évoluer notre musique dans des sons que nous aimons exploiter. Avec l’expérience, nous avons la chance de comparer ce que nous avons produit avant et maintenant, d’être dans une constante amélioration. Et on aime apprendre et tenter de nouvelles choses.

On le fait déjà d’ailleurs sur scène, mais c’est pour faire la fête la scène, c’est une histoire différente. C’est comme dans un film. On veut donner un maximum d’émotions que l’on ressent dans la vie, c’est notre principale source d’inspiration.

Vous parlez de film, c’est donc important pour vous de donner des images sur vos chansons ?

Travis : Oui car pour le public, ce ne sont que des mots ou bien ils se font leurs propres vidéos. C’est pour ça qu’on aime donner nos images sur les mots pour faire ressentir au public l’esprit de la chanson, les guider vers des choses concrètes de notre univers. Nous aimons égelement faire appel à des directeurs artistiques pour avoir un autre point de vue sur le travail de notre musique afin qu’il mettent des images dessus. Ça a souvent un rendu bien différent de ce que l’on pensait et c’est d’ailleurs très bien comme ça, c’est lui le professionnel de l’image, pas nous ! (rires)

Les gens adorent mettre des images sur les mots, on va continuer de proposer du contenu vidéo, et nous améliorer pour proposer toujours de la nouveauté.

Vojta : Je me rappelle de la vidéo pour « Rebel In My Veins », il faisait un froid de canard ce jour là ! On a allumer des feus partout pour jouer en live comme on le ferait sur scène ! Mais là on a tout détruis autour de nous, et ça c’était vraiment fun ! Parce que pour moi parfois, c’est ennuyant de faire du contenue vidéo, car ce n’est pas mon métier, mais c’est essentielle dans la vie d’un groupe de musique.

(©crédit photos : Manon Bilot)

Travis, tout à l’heure sur scène, tu as dit que ton père était décédé l’année dernière, est ce que celà a influencé l’album ?


Travis : Oui et non, il y a eu des petites choses que j’ai souhaité changer avant d’enregistrer, je voulais aussi le remercier d’avoir été là pour moi, de m’avoir accompagné dans ma musique. Il m’a toujours soutenu. J’ai voulu honorer tout ce que les gens importants dans votre vie peuvent faire pour vous, vous rendre fier de votre travail et de qui vous êtes. J’essaye à chaque concert de me remémorer tous ces conseils, les appliquer et faire vivre sa joie à travers moi et la diffuser. La connexion entre les humains est importante pour moi. Par exemple tu es une fille moi un mec, mais c’est juste un genre, on est fait de la même manière, il y plus qu’un corps derrière tout ça, il y a l’esprit d’ouverture, la compréhension, les sentiments, et je prête beaucoup d’attention à tout ça. J’aime écrire mes chansons pour toucher quelqu’un. C’est le plus important. Même si des fois pour moi ça paraît basique, finalement quelqu’un va le comprendre et avoir des sentiments. On peut écrire comme un poète mais si personne ne comprends le sens de tes mots et de ton cœur ça ne sert à rien. C’est joli mais on en a rien à foutre. (rires)

L’important c’est de partager, les gens payent environ 20€ pour un concert, si rien ne se passe, si il n’y a aucune connexion…C’est de la merde !

Vous avez un meilleur souvenir à partager ?

Vojta : Il y a trop de bons moments qui se sont déroulés, c’est très difficile à répondre. Je peux pas me souvenir là maintenant mais il y a une chose importante aujourd’hui c’est d’être au Trianon, de partir en tournée avec les Ramoneurs de Menhirs, d’avoir l’agence Rage Tour à nos côtés pour prendre soin de nous pendant cette tournée.

Je profite à fond des moments présents, ce sont mes meilleurs souvenirs. Avoir du succès, rencontrer des gens merveilleux, partager un bon moment avec le public, c’est merveilleux pour nous !

Travis : Je n’aurais pas dit mieux ! Quelle belle réponse ! (rires)

(©crédit photos : Manon Bilot)

Une dernière chose à ajouter pour le public Français ?

Vojta : Vous les Français vous savez profiter de la vie, vous aimez sortir et découvrir des choses, on sent l’esprit de groupe, vous prenez soin de chacun pendant les concerts, des amitiés se nouent c’est incroyable. On se sent très bien accueilli partout où nous allons, ne changez rien !

(Article et photos par Manon Bilot)

– Site : http://www.pipesandpints.cz/
– Facebook : http://www.facebook.com/pipesandpints
– Last FM : http://www.last.fm/music/Pipes+And+Pints

Vous aimerez aussi...