chronique

CAPTAIN OBVIOUS
/ EP « Let’s Do Porn »
/ Sorti le 7 Mai 2021

// Prenez deux frangins, à peine la vingtaine chacun, très marqués par les 90’s, et de surcroît, friands d’activités culinaires et lubriques. Encore une fois, le très prometteur label Tadam Records vient de dénicher un talent dont la musique fulgurante ne laissera aucunement son auditoire indifférent.
Gratifié du portrait des deux musiciens sur une pochette volontairement kistch, Captain Obvious, tel un super-héros imaginaire, nous livre ici un deuxième EP totalement maîtrisé, furieusement inspiré et sans un iota d’ingrédients inutiles, de quoi attiser la convoitise de leurs ainés.

En préliminaire, « Let’s do Porn » et sa kyrielle d’énergie furibonde met les points sur les zizis, une sacrée leçon de rock and roll, moderne et original, dans un format condensé. Et à la première écoute, l’évidence saute aux oreilles, les frontières du genre se volatilisent d’emblée, toute référence héréditaire est écartée, Captain Obvious fonce tout droit devant, avec cette gouaille teigneuse, « Get It » avec son riff taillé dans le granit et surtout « Self Destruction », torpille sonore revigorante et séminale.

Ce qui caractérise le mix de cet EP c’est ce son résolument crade qui n’est pas sans déplaire, lui conférant ce côté authentique. Angus et Joseph se répartissent le chant sur « Taking Over », poing levé contre la propagande générale qui suinte dans les moindres rouages du système. Le refrain est cette échappatoire qui, au détour d’une rue, permet de s’extirper hors des cadres convenus. Que dis je ? Un slogan que tout le monde reprend en choeur !

18 minutes certes, mais pas le moindre essoufflement, pas un seul écart et pas l’ombre d’un faux pas, le duo carbure pied au plancher, un avenir radieux leur est favorable et on s’impatiente de les voir s’exécuter sur scène !

(chronique : Franck irle)
(Artwork Album : Fiona)

Vous aimerez aussi...