chronique

Dysemblem
/Album « Autotomy »
/Sorti le 16 Novembre 2019

//Dysemblem, duo londonien créé en 2012 dont le fondateur, Aees, est originaire de Grèce qui propose un style majoritairement Death avec une grande partie Doom.

Avec Autotomy, Dysemblem possède deux albums à son actif mais aussi une expérience d’une quinzaine d’années de la scène et la musique, les deux membres ayant fait partie d’autres groupes auparavant. Tout comme « Strenght Of Giants », leur premier album, Autotomy propose des titres death et doom, parfois les deux à la fois, le style du groupe se fait donc vraiment ressentir à travers ses 9 compositions.

C’est « Funerary Sceptre », titre de six minutes, qui ouvre le bal, avec un rythme lent, growlements profonds et riffs lourds, où l’on sent le côté doom du groupe. L’album démarre donc en douceur avec un air sombre et malfaisant. C’est au deuxième titre, « New Moon Fields » que le rythme s’accélère, nous offrant une composition fortement death accompagnée d’un texte occulte et métaphorique.

Au troisième titre, « Horns », l’ambiance change, toujours ce growl profond et sombre mais cette fois sur une structure plus dynamique, cependant beaucoup moins violente et morose, contrairement aux paroles agressives et malveillantes de ce morceau. Celui-ci est suivi de « Unquiet Peace », une musique presque entièrement instrumentale, composée très peu de chant n’intervenant qu’à la troisième minute de ce titre d’une durée de presque 6 minutes.

Le cinquième titre arrive tel un animal furieux, « Charge », rapidité et intensivité marquée par un blast beat empressé de la batterie, qui réveille et nous tire de l’atmosphère calme et ambiant du titre précédent. On retombe dans un climat malsain avec « Lava Prayer », qui démarre en douceur par une mélodie dark folk interrompue par un instrumental death soutenu par un chant puissant. « Vultures » relance le côté acharné de l’album, semblable à « Charge, suivi par « Shining Torment » qui sonne comme sa suite.

L’oeuvre se termine par « Death Sabbath », aux premières secondes qui démarrent intensément pour retomber sur un rythme lent, des riffs lourds et sombres. On ressent bien le style doom du groupe qui a su, avec son « Autotomy », nous offrir une partie d’eux.

(chroniqueur : Hannya)

-> Facebook : www.facebook.com/thedysemblem/
-> Bandcamp : https://www.dysemblem.bandcamp.com

Vous aimerez aussi...