interview

Rencontre Interview en sortie de scène lors de la dernière édition du Festival Carnavalorock de Saint- Brieuc avec les membres du groupe Dinanais « Jet Teens », formé en 2014, au collège ! (Octobre 2019 – par Manon Bilot.)

(©crédit photos : Manon Bilot)

Pour ceux qui ne vous connaissent pas, pouvez-vous vous présenter ?
Tom’ : Je suis le batteur du groupe, j’ai commencé la musique en primaire, puis au collège j’ai intégré la classe musique où j’ai rencontré Justin, j’étais en 3ème et lui en 4ème. On s’est rencontré et on a fait notre duo.

Justin : Quand nous avons créé le groupe on ne se connaissait pas du tout. Je m’explique : J’étais avec ma guitare dans le hall de l’école de musique, j’ai foncé sur Tom pour lui demander s’il jouait de la batterie et s’il voulait faire un groupe, il a dit oui et voilà ! On a direct était voir à l’accueil pour avoir une salle de répétition et nous nous sommes mis à jouer ensemble.

Illies : Moi j’avais un groupe avant, et à la fin de la 3ème chacun est parti de son côté pour le lycée et le groupe s’est donc dissous. J’étais dans la même classe que Justin, et je savais depuis un moment qu’il avait un groupe, découvert lors d’une fête ou nous avions partagés la scène avec mon groupe et le leur. Ils m’ont alors invité à jouer dans leur groupe, naturellement.

Tom : Il a oublié de préciser un petit truc : il squattait nos salles de répétition alors qu’il n’était pas encore membre du groupe ! Il n’a même pas profité de ce temps pour apprendre nos morceaux, c’est ça le pire ! (rires)

(©crédit photos : Manon Bilot)

Comment se passe la composition ?
Justin : Généralement, j’arrive avec un riff de guitare ou une chanson complète puis nous la retravaillons ensemble.

Tom’ : Ça donne des conversations du genre : « Ha ouai c’est cool mais si tu fais ça plutôt que ça, ça sonne mieux non ? Et si on s’écoutait une démo pour voir ce qu’on peux améliorer ? »

Justin : Oui mais des fois vous me dîtes que c’est nul aussi ! (rires)

Tom’ : Nous retravaillons donc les idées de bases de Justin, puis on ajoute chacun notre petite touche personnelle. C’est moi qui écris principalement les paroles. Par exemple sur le dernier EP c’était moi, le tout premier c’était Justin, et Illies sera pour le prochain, non ?

Illies : (rires timides)

Comment vous avez ressenti ce concert à Carnavalorock ?
Tom’ : Déjà l’accompagnement dont nous avons pu bénéficier pour arriver jusqu’à ce concert était super ! L’accueil ici, et sur scène au top ! Nous avons passé une semaine de malade entre deux jours de résidence, de la promotion et le concert. Nous sommes super contents !

Parlez moi un peu plus de votre préparation à ce concert.
Tom’ : Le festival Carnavalorock, avec Olivier particulièrement, Sam des Déboucheurs de Tympans, l’association avec qui le festival coopère, ainsi que Christophe de 3C, tous ces gens ont voulu mettre en place un accompagnement pour un groupe local : faire des interviews, des formations sur l’univers musical.

Nous avons eu la chance d’être sélectionnés pour ce projet. Suite à cela, nous avons fait une résidence « Au Grand Près ». Un super accueil là-bas, merci infiniment ! La finalité était d’ouvrir les festivités du samedi à Carnavalorock.

Justin : Effectivement les formations sur le milieu du spectacle, de la musique nous ont beaucoup appris : les contrats, la SACEM etc. Comme nous allons sortir notre 2ème EP, nous avons envie d’être réglo’. Il faut que l’on protège nos musiques, nous allons beaucoup tourner, il faut qu’on fasse attention, c’est assez compliqué pour nous mais nous avons la chance d’être bien accompagné !

(©crédit photos : Manon Bilot)

Justement, faites-vous des études en relation avec la musique ?
Justin : Après le lycée nous avons décidés de faire nos études orientées pour le groupe : Tom’ dans la musique, Illies, un BTS négociation-relation client, et moi un BTS communication. On veut développer notre business, notre management. C’est important d’en parler, car il faut arriver à se vendre, de faire une belle communication.

Tom’ : Thomas est parti étudier à Rennes, et là nous nous sommes posés la question : Qu’est ce qu’on fait du groupe ? Et si on sortait un CD pour faire des dates, de la promotion et se retrouver en répétition quand même… Cette décision nous a obligés à continuer et ce n’était pas toujours évident. Mais finalement ce qui aurait pu détruire le groupe, nous a encore plus rassemblés.

Justin : Ce qui aurait dû ralentir le rythme du groupe, nous a finalement replongés encore plus dedans. Ce qui a été l’élément déclencheur pour nous tous de devenir plus professionnel, être à fond pour essayer d’en vivre, faire de notre passion notre métier.

Tom’ : Depuis nous rencontrons pleins de pros, pleins de gens supers, très cools. Sans Carnavalorock, nous n’aurions jamais pu avoir tout cet accompagnement et cette mise en lumière de notre projet.

(©crédit photos : Manon Bilot)

En 2018, vous aviez participé au tremplin Bobital. Malheureusement vous n’avez pas réussi à convaincre le jury, qu’est-ce que cette expérience vous a apporté ?
Justin : Depuis 3 ou 4 ans nous avions essayés de postuler, et enfin nous avions réussi a obtenir notre place pour l’année 2018. Ça a permis de faire un point sur le groupe, on a pu se rendre compte du niveau qu’il fallait atteindre pour se faire accepter sur ce type de scène, en festival. Comme une première marche à passer. Tout ce qui peut pourrir le groupe nous redonne finalement de l’énergie pour continuer !

Tom’ : Quand nous étions au Labo à Dinan et que nous avons su que nous n’étions pas sélectionné pour Bobital, le lendemain nous étions à Brest, pour un autre tremplin, on a fini 2ème… On est rentré à 1h du matin, on a fait un débrief de tout ça, et on s’est redonné la force de continuer, de voir ce qui allait, ce qu’il fallait améliorer. C’est fédérateur pour le groupe et c’est le plus important dans toute cette histoire.

Illies : On est surtout une bande de potes qui se retrouvent pour faire sur scène notre passion, la musique. On est pas du tout des pros, mais du moment qu’on est bien tous ensemble à faire ce que l’on aime, et que ça se ressent sur scène, au niveau du public, c’est le principal.

Des artistes qui vous inspire ?
Justin : Aya Nakamura peut-être ? (rires)

Tom’ : Moi c’est Carlos ! J’adore !

Justin : Je dis ça en rigolant mais on écoute vraiment de tout, j’écoute vraiment Aya Nakamura, j’aime bien ce qu’elle fait, c’est pas une honte même pour un groupe qui fait du punk rock !

Illias est mort de rire et lui répond : Mec on est pas dans confessions intimes !!

Justin : Oui mais y’a des sonorités, un style de son à prendre dans chaque type de musique, c’est important de piocher un peu partout.

(©crédit photos : Manon Bilot)

Une dernière info à partager ?
Justin : Le deuxième EP est enregistré et sortira en Février 2020. On a une campagne Ulule d’ailleurs. Carnavalorock c’est notre dernière date cette année, nous avons fait 20 dates cet été. Donc là-dessus on fait une pause pour préparer le nouveau set, on va bien bosser et revenir en super forme !

Le jeune groupe a fait du chemin et surmonté des défaites, mais grâce à Carnavalorock, ils sont de nouveau sur scène pour montrer tout leur potentiel : de l’énergie, du bon punk rock dans les oreilles, ça ne peut qu’être bon à suivre en 2020 !

(Article et photos par Manon Bilot)

– Facebook : https://www.facebook.com/JetTeens/

Vous aimerez aussi...