reportage

Très Heureux d’avoir assisté à cette magnifique soirée à l’Aéronef dédiée au Shoegazing et à la Dream-Pop, un univers que je chérissais tant lors de son apogée il y a 30 ans puis qui s’est fait bouffer par l’arrivée du Grunge, de la Britpop et autres créations musicales, tout aussi intéressantes; mais qui ont pour un temps relégué le Shoegaze dans les méandres du Rock. Heureusement, l’on revient toujours à la source et c’est avec plaisir que l’on voit revenir des formations comme Ride et Slowdive et la relève tout aussi dense en émotions comme DIIV et Pale Blue Eyes.(Pale Blue Eyes / SLOWDIVE – l’Aéronef – Lille – 26 mai 2024) (Report du 26 Mai 2024 par Vincent Vince Picozine )

Le trio britannique Pale Blue Eyes de Sheffield, responsable de deux superbes albums depuis 2022, «Souvenirs» et «This House» se place sur la scène de l’Aéronef pour un set d’une heure. Il en faudra bien moins pour que le public soit conquis. Dès le premier morceau, l’ambiance est déjà survoltée. Batterie hypnotique, basse lourde et cold, nappes de synthé vaporeuses et guitares saturées en excès de fuzz, delay, chorus en configuration venue d’ailleurs, tous les éléments du shoegaze, de l’indie pop et un brin de noise, je découvre avec beaucoup de plaisir l’univers sensible et frais du groupe en Live et le dynamisme du chanteur Matthew Board. Tout le set était génial, avec un gros coup de cœur pour les titres «Spaces», « Our History» et «Underwater».

Le temps de préparer la scène pour le groupe suivant, j’écoute les commentaires du public qui a l’air enchanté du moment présent. Il y a toutes les générations, les fans de la première heure du shoegaze et à ma grande surprise, beaucoup de jeunes qui ont plongé dans la collection de cds des parents et qui vouent une réelle passion pour la musique des 80’s 90’s. Autant dire qu’ils quitteront l’Aéronef comblés !

Slowdive fait partie des précurseurs de la dream-pop et du shoegaze. Apparu à la fin des années 80, ils laisseront entre autres 2 albums incontournables et emblématiques « Just for a Day » et « Souvlaki ». En désaccord avec leur maison de disque, ils se sépareront pour aller vers d’autres projets et après 20 ans absence, c’est en 2014 qu’ils réapparaissent sur scène. S’en suivront deux albums magnifiques, dans la continuité de la grande époque. L’éponyme «Slowdive» et le tout récent «Everything is alive« .

Le concert débute par «Shanty» et sa boucle électro parfaite pour une ouverture. Les voix de Rachel Goswell et de Neil Halstead s’accordent à merveille et nous enveloppent d’un nuage de douceur. L’ambiance est parfaite, les éclairages entre délicatesse nacrée et violence stroboscopique savamment dosés accompagnent chaque titre. Vont s’enchaîner une set list parfaite mêlant les anciens et nouveaux albums. Ainsi pour les fans de la première époque «Catch the Breeze», «Avalyn», «Alison», les merveilleux «When the sun hits», «Soulvaki Space Station» et «The Dagger». Je me souviendrai aussi de «Kisses», «Sugar for The Pill», «The Slab» et le superbe «Chained to a Cloud». Entouré d’un public de passionnés, j’étais moi-même aux anges. Une soirée comme un moment suspendu dans le temps. Un moment rare qui fait du bien !

(Reportage et photos  : Vincent Vince Picozine).

-> Facebook Pale Blue Eyes : https://www.facebook.com/paleblueeyesmusic
-> Facebook Slowdive : https://www.facebook.com/Slowdive

Share

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *