reportage

downloadfestival2018
Pour cette troisième édition, le Download Festival a de nouveau établi son camp sur l’ancienne base aérienne de Bretigny sur Orge. 120.000 spectateurs pour l’année 2018 sur 140.000 attendus, une déception pour les organisateurs qui serait dûe aux grèves SNCF et des personnels aériens (le festival attire des festivaliers venant de toute l’Europe)…Mais ce n’est pas grave, nous étions présents pour ces 4 jours de soleil, de bonne humeur, et surtout de musique pour Métalleux/Rockeurs qui se respectent !
(Juin 2018 – par Manon Bilot (trois premiers jours) et Sandrine Olivier (dernier jour) .)

Soleil, Bonne Humeur et Gros SonComme dans tous les festivals de métalleux qui se respecte, la bienveillance, la gentillesse, le partage et les rencontres sont au rendez-vous !

Au premier Jour

Vendredi Après-midi, premier jour, premiers pas pour découvrir le site avec deux espaces pour se restaurer, un Metal Market sous chapiteau (tee shirt de groupes, bijoux et divers accessoires), « l’Antichambre » où l’on peut se faire tatouer, un espace terrasse pour observer de haut le festival, un espace merch’ officiel, des stands de prévention (routière, auditive et aussi contre le soleil !) et également un espace VIP.

Une météo clémente avec nous tout au long du week-end, le soleil est au rendez-vous ! Le combo parfait pour découvrir les différents groupes répartis sur quatre scènes : deux Main Stage, une moyenne (sous chapiteau mi-ouvert) et une plus petite. L’avantage entre toutes ces scènes c’est qu’il y a suffisamment d’espace pour recevoir beaucoup de festivaliers et que le son est plutôt bien calibré pour entendre le concert de partout. Le point négatif c’est que cet espace crée des distances considérables entre chaque scène, notamment les deux plus petites. Et ça quand tu veux voir 2 concerts qui passe à la même heure, c’est difficile !


(©crédit photos : Sandrine Olivier)

Le marathon concert débute à 15h00 avec le canadien BILLY TALENT, tout droit venu de Toronto ! Un beau mélange de Rock / Punk qui annonce les premiers pogos du festival ! On continue en beauté avec ELUVEITIE et leur Métal Folk Symphonique, un réel coup de cœur en live ! La formation utilise beaucoup d’instruments traditionnels comme le uilleann pipes, la flûte irlandaise, la cornemuse, la vielle à roue ou le violon mélés aux instruments classiques du Métal. Le chant est pour plusieurs titres issu du gaulois helvète (utilisé par les anciens helvètes des clans celtes). Impressionnant !


(Eluvetie ©crédit photos : Manon Bilot)

On enchaîne avec la formation Allemande POWERWOLFqui depuis 10 ans sortent un album tous les 2 ans ! Groupe de power métal aimant parler des légendes de loups-garous et de religion, c’est une réelle découverte, les musiciens se donnent à fond dans leurs rôles, et ça envoie du lourd !Je me tourne maintenant vers la petite scène où s’expriment les Toulousains de SIDILARSEN et leur mélange Métal Electro. Les premiers Wall of Death, gros slams et vrais pogos se forment aux sons du groupe qui se déchaîne ! J’ai adoré !

Il est 19h35, j’attends le groupe GHOST avec impatience ! J’en entends tellement parlé en ce moment et regrette de ne pas les avoir connus et vu plus tôt. Ces Suédois, on n’en sait pas grand chose, les rencontres avec le groupe se font toujours en petit comité. Dans tous les cas, je vais découvrir en live leur nouvel album fraîchement sorti le 1er Juin 2018, « Prequelles ». Ils ouvrent avec le morceau « Rats », leur single pour cet album, les fans sont en ébullition, certains se sont même maquillés avec une tête de mort pour l’occasion !

Une mise en scène impeccable, Tobias Forge, le chanteur arrive avec un masque/maquillage recouvrant son visage, réincarné en terrifiant Cardinal Copia (les fans l’appellent aussi « Satan »). Il faut dire que le groupe adore aborder des thèmes occultes et les mettre en scène. Les musiciens enchaînent des solos tous plus endiablés les uns que les autres. Un show à découvrir si vous en avez l’occasion !


(GHOST – ©crédit photos : Sandrine Olivier)

On finira la soirée avec OZZY OZBOURNE qui fait son entrée au son de « Carmina Burana », une croix imposante surplombant la scène. Deux ans après les adieux de Black Sabbath au Hellfest, le chanteur britannique fait à son tour ses adieux en solo, avec le No More Tours II, à la suite de sa première tournée pré-retraite qui remonte à…1992. Comme à son habitude, immobile, le vétéran souvent raillé pour ses limites vocales s’en sort pourtant ce soir. La cérémonie d’adieux se clôt sur l’hymne « Paranoid », sans fausses notes.


(©crédit photos : Sandrine Olivier)

La suite : Download Festival – Le Deuxième Jour

Vous aimerez aussi...