interview

Dégage, c’est un projet musical à l’acidité rêveuse, saupoudré de pop des plages sucrée-salée. Le produit enthousiasmant des amitiés fortes, soudées, attachantes de ces quatre jeunes musiciens Rémois, compositeurs inspirés, qui à travers leur travail, leurs rires et leurs voyages émotionnels, « dégage » de l’énergie, de la poésie, de la rêverie, de la douleur et de la tendresse aussi.

Accompagnement 2019 par la Cartonnerie de Reims, présélectionné aux Inouïs du Printemps de Bourges antenne Champagne-Ardenne, sortie du premier clip/vidéo le 6 février 2019, sortie d’un EP courant 2019. (©photo : Gustine Gustine)

Quel est votre parcours ?

Notre parcours musical : Maxime (batteur) et Erwan (chanteur guitariste) qui se connaissent depuis tout jeunes ont montés le projet en 2017 et y ont intégrés Matteo (clavier) et Léo (Basse) afin d’étoffer les compositions et pouvoir se produire en live. Nous avons tous eu des expériences musicales avant ce projet qu’est Dégage, type disque jockey, batterie fanfare, perchman, tambour en manifestation (époque réforme des retraites). A fortiori des expérimentations en tous genres.

Pouvez-vous nous parler de la rencontre des différents membres ?

On s’est rencontré à l’école primaire (Maxime et Erwan) dans les années 90, dans un village axonais du nom de Viry-Noureuil. On a rencontré Matteo au conservatoire de Reims et Léo à l’Escale, un bon bar a fortiori également à Reims.

La musique, que représente-t-elle pour vous dans votre quotidien ? Quand avez-vous commencé à réfléchir à votre professionnalisation et quels ont été les déclencheurs ?

Nous sommes musiciens et a fortiori on essaye d’en vivre.

À quelles difficultés avez-vous été confrontés dans le cadre de votre professionnalisation ?

Il y a des difficultés dans tout les domaines dans le cadre d’une professionnalisation (revenus, communication, administratif, inspiration, recherche de subventions et on en passe et des meilleures). C’est le jeu, on en est conscient, à fortiori cela n’est pas un frein pour nous.

En quoi les initiatives telles que le Crossroads Festival sont une aide précieuse ?

Aujourd’hui, comme de tout temps à fortiori dans les initiatives telles que le Crossroads Festival ou bien même les iNOUïS de Bourges mais encore même les Trans de Rennes, nous avons bien conscience qu’il s’agit d’initiatives qui consistent en des aides précieuses afin de mettre en lumière la scène émergentes française.

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre discographie, vos principales scènes et votre actualité (sorties CD…) ?

A l’heure qu’il est, nous avons sorti notre premier titre clipé, « Javel » que vous pouvez retrouver sur toute les plateformes d’écoute. De nombreux projets sont en cours et cela arrivera en temps et en heure.

Nous effectuerons une vingtaine de date avant la fin 2019. Avec les inouïs du printemps de Bourges, la magnifique society et le cabaret vert vont venir s’ajouter le Pop Up du Label, le Crossroads Festival, le Jazz Nancy pulsation (en co-plateau avec Catherine Ringer et Lou Doillon), le festival des Nuits de Champagne à Troyes, la Lune des Pirates à Amiens.