interview

Connu comme leader du groupe luxembourgeois Seed to Tree, Georges Goerens a commencé son projet solo en 2017 et se dote du nom de Bartleby Delicate.
Doté de sa voix et sa guitare, Bartleby crée des poèmes musicaux accompagnés de mélodies délicates et calmantes.
Au style de Bon Iver et Sufjan Stevens, les concerts de Bartleby Delicate font sentir au gens la détermination de ce dernier, sans perdre sa sincérité et sa tendresse.(©photo : Roxanne Peuguet)

Quel est votre parcours ?

J’avais jamais planifié de commencer un projet en solo. Mais j’ai eu un appel de la part d’un bookeur au Luxembourg qui m’a proposé de faire une première partie pour un concert déjà sold out. Il a pensé que je pourrais jouer les chansons de mon groupe Seed to Tree en acoustique. Mais je sentais à ce moment que c’était une occasion pour faire quelque chose de nouveau. J’avais encore beaucoup de chansons qui n’appartenaient pas à l’univers du groupe, alors j’ai créé Bartleby Delicate. Après beaucoup de concerts en première partie, comme pour Rodrigo y Gabriela, Aldous Harding, Rhye ou Tom Odell, je suis parti en tournée en Allemagne après avoir publié mon premier EP. Le projet a beaucoup changé depuis le début. Maintenant tout est plus électro et plus basé sur des loops.

La musique, que représente-t-elle pour vous dans votre quotidien ? Quand avez-vous commencé à réfléchir à votre professionnalisation et quels ont été les déclencheurs ?

J’ai pris la décision après avoir fini ma licence en philosophie. Je sentais que c’est le moment d’investir toute mon énergie dans la musique. Depuis cette décision, je passe la plupart de mon temps à composer, jouer des concerts et organiser tout ce qu’il y a autour. Le projet solo que j’ai commencé en 2017 était aussi un déclencheur qui m’a ouvert la possibilité de jouer et créer indépendamment. Pour moi c’était cette liberté qui a beaucoup accéléré mon développement artistique et professionnel.

À quelles difficultés avez-vous été confrontés dans le cadre de votre professionnalisation ?

Je faisais trop de choses en même temps au début. Booking, promo, musique. Le stress et de penser à comment se vendre, ça tue la créativité. J’ai dû apprendre qu’est-ce qu’est le plus important pour moi et ma carrière. Et la réponse est facile parce que c’est la musique. Depuis que je passe plus de temps à écrire ma musique, les autres choses viennent en même temps. J’ai trouvé un tourneur et un label en Allemagne, ça me facilite beaucoup les choses.

En quoi les initiatives telles que le Crossroads Festival sont une aide précieuse ?

J’espère continuer mon travail ici. J’ai beaucoup de partenaire en Allemagne mais j’aimerais bien poursuivre ce chemin en France.

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre discographie, vos principales scènes et votre actualité (sorties CD…) ?

Un nouveau single‚ « Post Love Doubts » va sortir en Septembre. Celui-ci va préparer un nouvel EP en 2020. En 2018 j’ai publié mon premier EP‚ « Whatever We Find Suitable To Compare ». En 2019, il y avait un nouveau single‚ « Beyond Good And Evil ». Les plus importants concerts de ma carrière étaient certainement le Reeperbahn Festival à Hambourg et les premières parties pour Tom Odell, Rhye, Rodrigo y Gabriela, Giant Rooks et Aldous Harding. J’étais aussi en tournée avec Faces On TV et All Tvvins.