chronique

THE OVERSLEEP
/ EP « The Awakening »
/ Sorti le 9 Décembre 2019

// J’ai la chance de faire partie d’une génération qui a été sevrée musicalement par deux magnifiques décennies que furent les années 80 et 90, sans dénigrer ce qui c’est passé avant ni après cette période et qui est aussi d’une extrême richesse. On est indissociable des choses avec lesquelles nous avons grandi. Parmi les nombreux styles musicaux et toutes leurs ramifications qui nous ont accompagnés, il y avait le Trip-Hop. Savant mélange de breakbeat et de sonorités jazz, soul, funk parfois même rock qui donnait des ambiances étranges, mélancoliques, cinématiques, hypnotiques et qui s’ouvrait sur un tas de possibilité. Une telle déferlante a forcément eu un impact sur l’avenir de la musique et il est bon de voir que quasiment 30 ans plus tard, la flamme est toujours gardée et continue à nous réchauffer les oreilles avec délice.

C’est donc le duo bordelais de « The Oversleep » qui a tout récemment ravivé en moi les émotions du Trip-Hop. Avec leur premier Ep « The Awakening », en opposition au nom de groupe, me voilà happé dans une spirale de 5 titres qui s’écoutent comme un seul tellement ils font bloc et ont un pouvoir d’addiction dès la première rencontre. Alors évidemment nos sens sont mis à contribution et la musique s’empare de notre imaginaire.

« Like Blood On Snow » ouvre le chemin par une intro langoureuse dans laquelle on n’a pas de mal à s’envoler tant elle est aérienne et puis, on découvre cette voix d’une rare beauté et là, trop tard pour faire marche arrière. On est emporté. Il n’y a plus qu’à fermer les yeux et se laisser aller, laisser courir l’imagination, les émotions vers le bien ou le mal, le rêve ou le cauchemar, la bienveillance ou l’étrange. Puis suit « The Awakening » aux sonorités très dark electro laissant un côté angoissant puis apaisant. C’est hyper contradictoire. The Oversleep cultive l’ambiguïté et on s’y perd merveilleusement pour glisser vers le titre suivant « Mâyâ », véritable voyage en apesanteur guidé par les appels de cette étrange voix comme le chant des sirènes de l’Odyssée. Sorte d’incantation qui nous porte et nous dépose sur les douces notes d’un piano.

« Whatever » s’ouvre sur une rythmique Jungle sur laquelle se pose se fameux piano, caressé par la langueur d’une basse et d’effets électroniques. Des images nocturnes, urbaines, des paysages, le monde se projette à la fois doux et brut. Enfin « Lions » tout aussi étrange et mystérieux, véritable bijou qui nous invite à une douce ivresse dansante.

« The Awakening » est sans nul doute une petite merveille qui tombe à point ! Très loin de laisser indifférent ces cinq titres jouent avec nos émotions et nos sensibilités et quoi de plus réussi qu’une musique qui vous déconnecte de la réalité. A noter également les trois magnifiques clips issus de cette Ep. Un réveil très prometteur pour « The Oversleep ». J’ai vraiment hâte d’en entendre plus !!!

(chronique : Vincent Gaillard)

Vous aimerez aussi...