chronique

MALADE(S)
/ Album « Toute Chose Visible »
/ Sorti le 26 Avril 2019

// Quand Louise Goupil et son univers musical classique rencontre Tanguy Moaligou guitariste autodidacte nourri au post-rock et au Prog et qu’ils décident de faire de la musique ensemble, ça ne peut que donner une réaction assez étonnante. Et en effet ! Quel choc !

« Toute Chose Visible », c’est 6 titres qui bousculent les codes et forcément, déstabilisent. Sous la forme d’une electro viscérale qui vous plonge les sens dans une douce transe, s’ajoute la guitare Mogwaïène parfois délicate et subtile qui se lance dans un mur de son effréné et celà devient complétement dingue lorsqu’arrive la clarinette ou le sax ténor de Louise. Alors un véritable monde s’ouvre à nous. Projeté d’images, de sensations de douceur, de force, de colère, de mélancolie, de surréalisme, du déluge à l’intimité, de la puissance à la fragilité, parsemé de chuchotements, cet album est fascinant. Mention spéciale pour le titre « Hibou », un chef d’œuvre !
(chronique : Vincent Gaillard)

Vous aimerez aussi...