chronique

RoSaWay
/ EP « Dreamer »
/ Sorti le 9 Octobre 2020

// L’acidulé, c’est pas que du rose bonbon. En principe, ça chatouille toujours un peu et ça fait rougir les mirettes. Avec RoSaWay, élégant duo électro pop, la combinaison semble être toute trouvée, une esthétique musicale d’une inventivité toute en couleurs, stylisée avec le plus grand soin, une marque de fabrique unique par l’adjonction astucieuse d’instruments inattendus, un défi que Rachel et son compère Stef ont relevé avec la volonté affirmée de rompre avec les codes traditionnels d’une musique standardisée.

Après un premier EP publié en 2019, RoSaWay s’octroie le privilège de jouer à New York dans le légendaire club de Jazz Rockwood Music Hall. Ce passage remarqué laisse présager la dimension internationale de leur univers où se côtoient musique classique, Jazz et Soul.

« Dreamer » conforte la métamorphose d’une musique atypique dans sa matérialisation signifiée, celle du rêve devenu réalité. Une identité musicale qui entremêle deux univers personnels et a le mérite d’explorer de nouveaux territoires avec une modernité non négligeable.

Dès les premières notes, « On your way up » distille un phrasé des plus délicieux, la ligne mélodique devient vite contagieuse et obsédante, on se surprend même à chantonner dessus.

RoSaWay parvient à régénérer un paysage musical ankylosé avec cette légèreté providentielle qui, l’espace d’un instant, nous fait voyager. Car voyez vous, la musique de RoSaWay est « Good For you », c’est une sorte d’ordonnance musicale capable de déconstruire ce monde pour en inventer un autre.

L’évidence saute aux oreilles, ce nouvel EP est une bouffée de bonheur indispensable et « Mama Used to Say » qui conclut le disque, procure une sensation immédiate d’euphorie, transmise par un duo qui n’a pas finit de nous surprendre.

(chronique : Franck irle)

(©photo : Audrey+Wandy)

Vous aimerez aussi...