reportage Rock en Seine Day 3

Une troisième journée à Rock en Seine sous un soleil de plomb qui ne nous a laissé aucun répit musicalement avec une avalanche de concerts rock éprouvants.
 
En général, le dimanche à Rock en Seine voit les festivaliers arriver cernés et cherchant un petit coin pour glaner tant bien que mal quelques instants de repos avant la dernière ligne droite. La tradition a été respectée et au vu du marathon des concerts à ne pas louper ce dimanche, la caféine en intraveineuse état de mise.
 
Un soleil accablant écrasait déjà la scène de la Cascade pour le set des américains Mini Mansions dont la seconde prestation à Rock en Seine était attendue, malgré l’heure de passage bien précoce. Groupe en costume et patiné d’un rock fifties à l’élégance folle, Mini Mansions a tout de même réussi à entrainer dans son tour de chant les plus courageux des festivaliers. Heureux de ce retour, le groupe a remercié le public français pour son accueil si attentionné. A retrouver dans une ambiance club avec un cocktail à la main.
 
Mini Mansions
Mini Mansions
Mini Mansions
 
Passage à la grande scène avec les toujours stylés Two Door Cinema Club et leur pop digne des meilleurs club de Belfast. Écrans vidéos psychédéliques et couleurs chatoyantes, le groupe a continué de réveiller le public qui n’a pas tardé à se dandiner joyeusement sur les meilleurs tubes du groupe. La programmation très chargée du jour les ayant condamnés au créneau un peu critique du début d’après midi, le défi à été pourtant parfaitement relevé. Galerie complète ici
 
Two Door Cinema Club
Two Door Cinema Club
Two Door Cinema Club
 
Deuxième passage à la Cascade avec le jeune et talentueux rocker à la voix d’or Sam Fender. Nouveau petit génie anglais, Sam Fender connait un début de carrière détonnant dans son pays où il rempli déjà de grandes salles et se hisse en tête d’affiche de festivals de renoms. Venu nous donner un aperçu de son album à paraître le mois prochain, Sam Fender a su charmer le public français avec des titres mélodieux et convaincants.
 
Sam Fender
Sam Fender
Sam Fender
 
Grosse attente de la rédaction pour le passage de The Murder Capital sur la scène Firestone, nos chouchou irlandais dont vous pouvez trouver la chronique de l’excellent premier album When I Have Fears ici, ainsi que l’interview de leur guitariste Damien Tuit ici. Deuxième rencard parisien du groupe et tout simplement un des concerts les plus percutant de tout le week end. Ne connaissant nulle pudeur, toutes leurs tripes y passent et le public le leur a bien rendu avec une ambiance de folie pure. Le leader James McGovern toise, provoque la foule pour se jeter littéralement dans ses bras et inciter tout le monde à l’amour fraternel. Authenticité est le maître mot de ce groupe qui n’a vraiment pas fini de faire parler de lui. Galerie complète ici
 
The Murder Capital
The Murder Capital
The Murder Capital
 
L’atterrissage est un peu brutal mais le retour sur terre est plus qu’appréciable avec les atmosphériques Deerhunter et leur leader ténébreux et queer à souhait Bradford Cox. Ballades lumineuses et rock low-fi made in Atlanta nous ramènent au meilleur de l’indie américain type Grandaddy et Pavement. Toujours fidèles au rendez-vous, le groupe est à apprécier encore plus dans l’ambiance intimiste de petites salles. Galerie complète ici
 
Deerhunter
Deerhunter
Deerhunter
 
Dernier passage sur la scène Firestone pour la découverte du week-end et les jubilatoires Boy Azooga. Quator originaire de Cardiff, le groupe débute en France avec un rock harmonieux et très dansant, saupoudré d’envolées garage qui rappellent que la guitare est maîtresse de leur son. Toute en modestie et ravis de la présence du public s’étant déplacé au détriment du mastodonte Royal Blood qui se produisait au même moment sur la grande scène, le groupe nous a donné un aperçu de qualité de leur talent. Galerie complète ici
 
Boy Azooga
Boy Azooga
Boy Azooga
 
Arrivée du concert le plus attendu du dimanche et qui a encore été victime d’une programmation hasardeuse quant à la scène choisie. Foals a joué sur la Cascade seulement une heure alors que le groupe, fort de deux albums sortis cette année connait un engouement de taille en France. Néanmoins, toute l’énergie du groupe a été distribuée plus que généreusement et bien que le set trop court est un peu laissé sur leur faim les fans, la set liste hyper énergique a fait plus d’un heureux. Un concert qui aurait eu tout à gagner à clôturer le festival sur la grande scène.Galerie complète ici
 
Foals
Foals
Foals
 
Voilà encore une édition de Rock en Seine qui se termine, durant laquelle nous avons échappé à la pluie, et bénéficié en prime de la chaleur qui n’avait pas fait parler d’elle pour le festival depuis un moment. En espérant une réflexion de la part des organisateurs sur la pertinence des nouvelles scènes, c’est avec impatience que nous attendrons notre rendez-vous parisien l’année prochaine.

Site => https://www.rockenseine.com/

Facebook => https://www.facebook.com/rockenseine/

Vous aimerez aussi...