interview

Face à la crise actuelle liée au Covid 19, le milieu musical se voit amputé de ses événements Live, concerts et festivals. S’il est indispensable de rester confiné pour enrayer cette pandémie, il est aussi important de continuer de rêver, de s’émouvoir, de vibrer de moments heureux.Sur la toile, de nombreux artistes vous invitent en mini-concerts en intime, des soutiens sous forme de festivals en Live Streaming à savourer chez soi prennent vie, permettant de garder ce lien indispensable et si magique avec le public.

Un festival en ligne sans frontières, c’est ce que proposent Claire Joseph et Skye du duo Folk Français Pur-Sang en organisant le « Not On The Road Festival » du 11 au 12 Avril 2020 sur la toile, un événement qui réunit artistes de tous pays et de tous horizons musicaux. Une belle initiative à savourer pour un week end de plaisirs ! (Avril 2020 – par Hervé Collet.)

Un festival confiné qui défie les frontières, la musique, langage universel qui unit les êtres et nous recentre sur ce qui est important. Que pensent les artistes, les groupes d’une telle initiative ?
Tous les artistes que nous avons contactés ont adhéré tout de suite à notre élan. Cela veut simplement dire que cet envie couvait chez chacun d’entre nous. Après tout, se réunir, partager, découvrir, faire découvrir, c’est ce qui crée le plus de de moments forts dans ce métier. Et fabriquer de beaux moments, c’est s’offrir des souvenirs impérissables. Ça, c’est le cadeau qu’on peut se faire à soi, artiste. Et tout en étant centré sur ses propres émotions, on s’ouvre de plus en plus à l’autre. Ce festival, c’est le cadeau, le voyage musical qu’on rêvait d’entreprendre. Le premier pas on l’a fait, mais l’investissement et l’énergie dont font preuve tous les artistes qui ont dit oui sont magiques ! Ça nous porte.

Et puis il y a les artistes qu’on a eu le plaisir de rencontrer dans des festivals, en Louisiane, ou dans des clubs en Alabama, sur scène en France ; eux, on savait qu’ils diraient oui. Mais il y a aussi ceux qu’on ne connaissait pas, qui nous ont fait confiance sans hésiter. Quel bonheur !

Un festival qui permet également de montrer la diversité et la richesse culturelle existante et de faire découvrir des univers émotionnels d’horizons différents à des publics qui ne peuvent pas forcément se rendre dans des festivals ou concerts traditionnels

Et c’est valable pour la plupart d’entre nous, artistes, qui ne demandons pas mieux que d’aller jouer partout dans le monde. Les artistes ont vu l’affiche aujourd’hui. Et ils ont eu la même réaction que nous : de la fierté d’en faire partie, de la joie pure de découvrir d’autres cousines et cousins éloignés. Nous ne serions pas étonnées si les uns contactaient les autres, et créaient d’autres opportunités de partager, encore et encore. C’est ça, le but premier de ce festival. La rencontre. Si le confinement permet cela, on aura vraiment gagné.

Comment vivez vous cette situation ? Des craintes, des doutes, de la colère, de l’espoir ?

Les craintes, les doutes, la colère et l’espoir, sont des sentiments familiers à tout Être Humain, Virus ou pas, confinement ou pas. Alors oui, cette situation est nouvelle à vivre pour nous. Oui, être intermittent en ce moment, c’est vertigineux. Oui, être dans le non contrôle et l’accueil d’on ne sait même pas encore quoi, l’inconnu, la nouveauté, ça demande une souplesse du mental. Monter Not On The Road Festival, c’est nourrir le cœur de joie, et c’est ça, notre arme secrète : ne pas être en Guerre. Nous avons la chance de vivre la version douce de cette expérience. Nous sommes en bonne santé, et nous pouvons prendre une guitare pour apaiser le cœur. Franchement, nous avons le beau rôle. Nous sommes obligées de faire confiance à la vie.

Une initiative née de la situation de crise actuelle qui donne des idées pour l’après ? Comment voyez vous l’avenir de la culture ?
Des idées on en a plein ! (rires)

Quand à l’avenir de la culture… Elle a survécu à des temps durs, des temps sombres, des temps morts, on a une totale confiance en Elle. Elle est un électron plus libre qu’on le croit.

Un dernier mot ?
Joie.

(Interview : Hervé Collet)

Les groupes participants :
Molly Jenson / Ryan Balthrop / Kate Havnevik / Pur Sang / Eric Erdman / Sarah Amsellem / Rick Hirsch / Nicolas Fraissinet / Samuel Baubry / Sunpie / Francoeur / Celine Ollivier / Karen Lano / Anwar / The Red Field / Yamee / Vincent Blanchard

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 13 avril, 2020

    […] « Not On The Road Festival » (11 & 12 avril 2020) […]