reportage

 
Retour sur une journée au Brussels Summer Festival, qui nous a donné rendez-vous au cœur même de la capitale belge du 14 au 18 août. L’assurance d’un excellent week-end prolongé.
 
Le BSF 2019 a de nouveau embelli la Place des Palais et nous a offert une incroyable farandole de talents confirmés et de découvertes. Que l’on aime le rock, le rap ou l’électro, il y en avait pour tous les goûts, avec un beau focus sur les artistes belges qui ont fait la fierté du public, majoritairement composé de Bruxellois et autres compatriotes.
 
 
Devant faire face à deux mastodontes se déroulant concomitamment (Pukkelpop et Route du Rock entre autre), le BSF n’a pas démérité et a réussi l’exploit de nous proposer de belles têtes d’affiches, se payant même le luxe de quelques exclusivités.
 
Le choix de la rédaction s’est porté sur le vendredi 16 août qui a fait la part belle à de talentueux artistes made in Belgium. Le festival se réparti sur trois scènes proposant chacune 4 artistes, deux en plein air et une dans la salle de la Madeleine de nouveau prête à accueillir le meilleur de la scène locale et internationale.
 
Notre focus s’est fait sur la scène principale du Palais devant laquelle nous avons débuté les festivités avec Behind The Pines. Quator originaire de Bruxelles, avec à son actif deux EP, le groupe propose un rock indé aux bons accents garages tout en valorisant un chant très harmonieux. La majorité des titres étant chantée en anglais, on ne peut éviter de penser aux trop discrets Ghinzu qui avaient aussi à leur époque donné une sacré couche de classe au rock belge. Galerie photos ici
 
Behind The Pines
 
Behind The Pines
 
Behind The Pines
 
Continuons en Belgique avec une incartade sur la scène de la Madeleine et le groupe Whispering Sons également situé à Bruxelles. Ici, nous avons droit à un rock punk très dark-wave, la voix caverneuse à souhait de la chanteuse Fenne Kuppens nous ramenant au meilleur du début des années 80 pour cette scène. Son jeu très expressif nous rappelle parfois les déambulations transcendantes de Ian Curtis. Sous une lumière rougeâtre et tamisée, une ambiance de club berlinois se dégage le temps d’un set particulièrement hypnotique. Galerie photos ici
 
Whispering Sons
Whispering Sons
 
L’adage jamais deux sans trois s’applique ici avec les talentueux Hooverphonic. La place des Palais était quasi comble pour accueillir les nombreux fans venus écouter la nouvelle chanteuse Luca Cruysberghs, qui de sa voix douce et sombre à la fois a parfaitement interprété le répertoire du groupe récent et plus ancien. Une scène plongée dans la pénombre, rehaussée de la tenue rouge et de la blondeur de Luca nous a fait nous retrouver dans une ambiance cabaret goth des plus élégante. Galerie photos ici
 
Hooverphonic
Hooverphonic
Hooverphonic
 
En ce qui concerne la scène internationale, Bruxelles a vu revenir en son sein les gallois Manic Street Preachers. Ayant ravis les fans belges (et français, ces derniers boudant l’Hexagone depuis un moment) lors de leur passage dans l’excellente Ancienne Belgique en 2016, le groupe en pleine tournée des 20 ans de leur mythique album This Is My Truth Tell Me Yours a célébré son retour avec un set en mode best-of. De Design For Life à You Love Us, en passant par The Everlasting et des titres du dernier albums comme International Blue, le trio inséparable depuis plus de 25 ans maintenant a parfaitement rempli le contrat, malgré un passage programmé à un horaire inadapté à la notoriété du groupe. Galerie photos ici
 
Manic Street Preachers
Manic Street Preachers
 
Le concert improbable de la journée, et probablement du festival tout entier s’est déroulé ce vendredi soir. La place des Palais s’est transformée sous nos yeux ébahis en discothèque en plein air et la pluie n’a en rien refroidi les spectateurs venus en masse pour découvrir le pape de la disco Giorgio Moroder. Père du mouvement high-energy qui a permis cette transition délicate entre disco pur jus et new wave, Giorgio Moroder a tout simplement créé le son de Donna Summer, a collaboré avec des artistes de renoms tel Daft Punk et Blondie et a donné naissance à des bandes originales de films mythiques tel Top Gun et Flashdance. Accompagné de choristes et de musiciens tout en couleur et en paillettes, tous les âges se sont retrouvés sur le dancefloor en chantant à tue tête les hits du maître des synthés. Galerie photos ici
 
Giorgio Moroder
Giorgio Moroder
Giorgio Moroder
 
C’est en fredonnant Hot Stuff que les festivaliers ont achevé cette journée en allant s’abriter sous les auvents des food trucks et buvettes divers et variés qui s’échelonnaient entre le parc et le Mont des arts.
 
Toujours avec modération et avec le sourire !
 
Une telle qualité de programmation pour une organisation si atypique mérite vraiment de laisser de côté les gros bulldozers estivaux pour un moment. La Belgique est définitivement le pays des festivals sur notre vieux continent.
 

Site => http://www.bsf.be/

Facebook => https://www.facebook.com/bsfestival/

Instagram => https://www.instagram.com/bsfestival/?hl=fr


Vous aimerez aussi...