interview

Une formation de hautes altitudes Rock née en 2019 à Orléans, un premier EP sorti en Février 2020 intitulé « Act I » que je vous conseille vivement et un album à venir ! À l’occasion de leur passage au festival à vivre à la Maison « Les Oreilles Au Salon », quelques questions posées sur leur ressenti actuel.
(Mai 2020 – par Hervé Collet.)

©Photo : Chloé Daumal


(Live « Les Oreilles Au Salon » – 1 Mai 2020)

On vit une étrange période où les concerts s’annulent, les sorties de CD sont souvent décalées. Comment vivez-vous cela au niveau professionnel et personnel ?

Au niveau personnel, nous avons forcément une frustration énorme, mais aussi comme une opportunité !

Le groupe a éclot en octobre dernier, nous avons mis tout notre cœur dans la sortie de Act I, et cette saison devait nous permettre de rencontrer notre public, sur scène notamment.

Par ailleurs, nous venions de démarrer l’écriture de notre premier album et envisagions d’entrer en studio…

Nous avons pris le parti d’utiliser ce confinement pour continuer à écrire, se remettre en question sur notre projet, et prendre le temps de réfléchir aux directions que l’on souhaite prendre, entre autres.

Cela prendra le temps qu’il faudra pour que la culture se remette sur les rails, mais nous seront dans les starting blocks !

Avez-vous des craintes, des doutes, de la colère, des remises en question sur l’avenir ?

La situation est difficile pour tout le monde, ce sont toutes sortes d’interactions sociales qui sont remises en cause… Il va falloir redoubler d’inventivité pour créer de nouveaux modèles d’événements.

La crainte principale de beaucoup d’artistes et producteurs est que nous ne savons pas quand nous pourrons à nouveau monter sur scène, devant un public, et si c’est le cas, à quel jauge ?

Au delà du virus, les gens auront-ils confiance ? Tout autant de questions auxquelles nous ne pouvons pas répondre ! Nous nous concentrons donc sur le studio et les réseaux sociaux, car c’est pour l’instant tout ce qui nous reste pour garder le lien important avec les gens qui nous suivent et partager notre univers.

Le confinement : c’est aussi une période qui peut être aussi propice à l’inspiration, à la réflexion sur d’autres manières de faire connaître son art ?

Effectivement, comme beaucoup d’artistes, le début du confinement a été synonyme de création, en l’occurrence pour l’écriture de notre premier album, mais il est devenu rapidement compliqué pour nous de se renouveler.

Nous nous sommes donc prêtés au jeu de la reprise, des sessions acoustiques, en espérant toucher de nouveaux publics.

Enfin, quelque dernier mot à dire…

Dans la continuité de notre premier EP Act I. sorti en février dernier, nous venons de sortir le clip Silent, qui clôture ce premier chapitre.

Nous avons également profité de la fin du confinement pour proposer à un prix libre une compilation de lives et de sessions unplugged, intitulée « Lost Sessions« , afin de nous soutenir dans la production de l’album à venir.

Nous espérons pouvoir rapidement entrer en studio et avons hâte de retrouver le public sur scène pour continuer à écrire la suite de notre histoire !

(interview : Hervé Collet )

Vous aimerez aussi...