chronique

Old Mountain Station
/ Album « The Summer Ends »
/ Sortie le 5 mars 2021

 

// Vouloir formaliser le rock n’est pas une mince affaire, le réduire à un genre c’est aussi le vulgariser jusqu’à presque le rendre insignifiant. Le Rock dans toute sa diversité continue de faire débat, sur sa longévité, celle ci n’est plus à prouver. Il en est de même avec Old Mountain Station, combo Parisien qui perpétue avec cet indicible bonheur cette tradition musicale qui à l’oreille nous semble familière.

Car leur dernier opus est en quelque sorte, la preuve évidente d’une maturité musicale dans la durée, troisième album dont la teneur et la candeur témoignent d’une inspiration exemplaire.

Dès les premières mesures de Adios, on replonge avec délectation dans cette power pop caractéristique des nineties, un songwriting qui n’est pas sans rappeler Pavement et Weezer.

Avec une nonchalance délicieuse, la recette du groupe prend forme dans une cohésion parfaite, la voix de fausset du chanteur s’apparente aux dissonances du grunge, le tout se complète à merveille, comme deux tonalités différentes qui trouvent leur diapason pour former un ensemble harmonieux.

On sent que Old Mountain Station a trouvé le filon, celui qui confirme que l’équation est résolue, la combinaison d’éléments savamment assemblés.

L’adjonction d’un clavier apporte une richesse notoire aux riffs électriques des guitares.

L’album est annoncé le 05 Mars 2021 et appartiendra au panthéon des grands disques Rock, aucun doute qu’il soit reconnu comme tel par la presse musicale.

(chronique : Franck irle)


(©photo : Christian Debbane)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *