chronique

In Lakesh
/ EP « Home »
/ Sorti le 22 Novembre 2020

 

// On aimerait tant vous dire qu’il faut apprivoiser cet album pour en apprécier la compagnie, qu’il est en quelque sorte votre disque de chevet. Il est comme un livre que l’on ouvre et qui se referme pour garder ses secrets.

Avouons le sans détours, IN LAKESH inaugure le futur, réinventant le concept d’une Pop music novatrice. Il ne s’agit pas de musique prête à l’emploi et à être jetée hâtivement à la poubelle, ses compositions lunaires et évocatrices de paradis perdus renouent avec la beauté d’un monde qui en manque cruellement.

Le quintet Franco Belge a acquis, après deux premiers disques tout aussi remarquables, une maturité retranscrite dans le texte et dans la manière d’aborder leur musique et la thématique articulée autour d’un personnage central est en quelque sorte le cheminement d’un collectif qui a trouvé sa voie.

IN LAKESH ouvre une brèche et nous invite à une introspection. »Yggdrasil » incarne cette odyssée de l’âme, avec ses arabesques sonores et délicates, et cette aisance vocale fascinante, « Silence » nous offre une vision panoramique d’un monde encore intact, avec ce soin particulier apporté aux nuances et aux mouvements ondulatoires qui constituent un ensemble insaisissable et qui confère au groupe, un statut unique.

Cet art de la mélancolie déborde dans l’intégralité des 5 titres, créant une agréable sensation d’évasion, il est le reflet de « cet autre soi-même » transfiguré dans une musique d’une rare sensibilité.

(chronique : Franck irle)


(©photo : Fabrice Bihain (My little black box))

Vous aimerez aussi...