chronique

DENUIT
/ Album « Black Sun »
/ Sortie le 7 Mai 2021

// Goûtez ce mot, Denuit vient de le cueillir, il a cette saveur acidulée, et se pare d’habits nocturnes, au moment où le soleil bascule et que le jour s’évanouit. Les oripeaux du crépuscule recouvrent deux silhouettes fantomatiques, Liz Araignée et Ivi Topp.


La densité qui se dégage dès « Negative Wave » est saisissante à tel point qu’elle martèle le corps comme une chape de plomb au milieu d’un champ de ruines avec cette voix hantée qui colonise l’esprit, le corpus d’une œuvre dans un canevas d’une tristesse esthétique, charnelle, tourmentée et divine. Le théâtre des émotions où l’on touche au sacré, au sublime, un art de la construction qui tisse sa toile où l’on aime se sentir piégé, d’une beauté absolument vertigineuse.

« Darkest Forest » plante le décor, une musique monolithique, comme de l’encre déversée sur un parchemin passant du bleu nuit, au noir insondable. Rythmiques obsédantes et nappes synthétiques glacées qui enrobent ce chant d’outre-tombe parfaitement maîtrisé. Ce désenchantement ne se limite pas simplement à une expression purement musicale, c’est un état d’esprit que Denuit revendique au travers de ces quelques mots : Si le jour est un cauchemar, la nuit sera notre refuge. Cet axiome est vécu, jusqu’aux entrailles, et même au delà, c’est une incarnation personnelle, un cheminement.

Les émotions affleurent de toutes parts, ne laissant filtrer que peu de lumière à l’image de ces fresques dont le noir profond et texturé évoquent des errements narcotiques convoquant des sensations perturbantes (Mention spéciale pour « Crooked trees » ou encore « Blind »). Cette mélancolie tenace cherche à nous réconcilier avec ce passé que nous essayons en vain d’enfouir.

Et l’on en vient à danser sur « Broken Doll », le corps se désarticule porté par le beat et les éclairs synthétiques. Il y a cet atavisme artistique évident chez Denuit, hérité de quelque chose qui nous est inconnu, mais que le duo retranscrit avec cette singularité unique.

Bien plus qu’une expérience, Black Sun est une perle rare, façonnée avec méticulosité. Denuit est promis a un avenir lumineux, bien plus que notre propre monde, puisque la nuit est leur abri et que de cet écrin, il en ressort toujours une étoile.

(chronique : Franck irle)

Vous aimerez aussi...