interview

Sun, un univers furieusement électrique où se mèlent à plaisirs indie pop et métal effervescent mené par la charismatique Karoline Rose, chanteuse, guitariste et comédienne. Après un premier 4 titres sorti en Novembre 2019, Sun s’apprête à sortir son second EP cet automne. À suivre de près !

Pouvez-vous présenter votre parcours ? Vous venez d’où ? Comment tout a commencé ? Quelles ont été les principales étapes et rencontres fondatrices de votre projet jusqu’à aujourd’hui ?

Bonjour, moi c’est SUN – dans la vraie vie je m’appelle Karoline Rose – je suis chanteuse/guitariste/actrice et j’écris mes chansons que je qualifie de Brutal Pop. J’ai grandi en Allemagne où j’ai fait mes premiers pas dans la musique, entre chorale scolaire et groupes de metal.

J’ai toujours aimé allier le songwriting pop à des éléments du metal ; même en live, j’avais envie de performances pop mais avec du headbanging. Après un parcours dense de comédies musicales, The Voice, opéras contemporains et pièces de théâtre en tant que performeuse OVNI, j’ai commencé à toucher du bout des doigts ma matière artistique : la Brutal Pop.

En 2017, j’étais programmée à Rock en Seine sous mon nom (Karoline Rose) mais un choc dans ma vie personnelle m’a catapulté dans une énorme remise en question personnelle et musicale. La tombe de mon père avait été enlevée et j’étais obsédé par l’idée de lui trouver un nouvel écrin, une nouvelle façon d’exister dans ma vie. À ce moment, Dan Levy (The Dø) me contacté pour travailler avec moi et, en quelques semaines, est né SUN, en hommage à mon père mais aussi comme une naissance artistique. Et finalement, c’est SUN qui a fait Rock en Seine en 2017. Tout est parti de là : en décembre 2019 après avoir fait le TGE à Brighton et les Trans Musicales de Rennes est sorti mon premier EP « Brutal Pop »

Quelle place occupe la musique dans votre quotidien ? Ressentez-vous la pratique musicale comme un « besoin vital », un moyen d’échapper un peu du quotidien, un désir d’exprimer votre être… ?

J’ai toujours chanté. J’ai commencé à chanter dès huit mois selon ma mère. Apparemment, je chantais « Volare » en yaourt. En Allemagne, la musique fait partie du quotidien des enfants : à l’école, à l’église, dans les associations. Mais la musique a aussi été mon unique voie dans la vie. J’ai eu une enfance très troublée et ma seule issue, c’était de transformer l’horreur en musique. C’est mon pacemaker !

Sans musique, je ne peux pas vivre. Même lorsque je cachetonnais dans des spectacles et que je devais chanter des choses qui me plaisaient moins, j’étais heureuse de faire de la musique et je prenais comme challenge d’y mettre le plus d’émotions possibles. Rien n’est plus fort que la musique.

Parlons de votre professionnalisation : quels en ont été les déclencheurs ? Avez-vous rencontré des difficultés dans le cadre de cette professionnalisation ? Des aides et des rencontres en particulier vous ont-elles permis d’y croire et d’avancer ?

Il y a eu énormément des rencontres clefs et aussi de challenges. J’ai fait beaucoup de choses très différentes qui m’ont fait grandir à chaque fois. J’ai eu la deuxième place au concours télévisé pour participer à l’Eurovision avec une compo à moi en Allemagne, j’ai fait The Voice en France, j’ai eu la chance d’obtenir un rôle principal dans « 1789, les amants de la Bastille » au Palais des Sports, j’ai fait un EP avec Babx en 2015/2016, revisité « La Bohème » de Puccini avec des chanteurs lyriques incroyables et Camélia Jordana…

Dernièrement j’ai fait le In d’Avignon avec une pièce de théâtre « Nous l’Europe » de Laurent Gaudé dans laquelle j’ai un rôle de comédie ET j’y joue des chansons de SUN. Tout ça pour atterrir dans le prochain film de Tony Gatlif, toujours en tant qu’actrice.

Et avec la musique de SUN… Je me mets sur scène, je me jette à l’eau et parfois je me cogne plus ou moins fort, mais j’y vais toujours avec tout ce que j’ai. Je ne peux pas dire non mais je ne peux pas faire à moitié non plus… haha. Ça donne un parcours très riche et ça m’a permis de vraiment affiner ma musique et mes performances.

Les initiatives comme le Crossroads, ça représente une aide précieuse ?

C’est une aide inestimable dans le sens où ça met la lumière sur mon travail et beaucoup de personnes importantes pour mon métier peuvent voir le fruit de mes efforts. Un peu comme un salon pro mais ouvert à tout-e-s. Là, en plus, nous avons fait un bel objet artistique vu que ça a été filmé et légèrement mis en scène. Cette approche artistique m’a beaucoup plu. J’ai beaucoup aimé l’échange avec l’équipe vidéo et le réal Nico.

Et quel a été l’impact de la crise sanitaire sur vos activités ? Avez-vous ressenti la nécessité de repenser votre mode de fonctionnement, d’aborder et de tester de nouvelles pistes pour vous faire connaître ou vous développer ?

J’ai justement trouvé que le Crossroads donnait une très bonne piste pour la suite. Les concerts filmés en mode acoustique peuvent diminuer le propos de certain-e-s artistes. On a pas toujours envie de faire du Unplugged, ça donne une sensation de « tout ou rien », ou tu joues en vrai ou tu prends ta folk, ton piano. Là, on sent que tout le monde repense le live. On s’équipe comme on peut, on échange les bons plans, les autres deviennent disponibles pour collaborer. Même les concerts avec distanciation physique commencent à faire des multicams et vendre des places virtuelles en complément. C’est une époque intéressante mais il me tarde d’humer l’odeur du mélange « shampoing-sueur » du premier rang qui headbang à nouveau, haha !

Enfin, quelle est votre actualité et avez-vous un dernier mot à ajouter pour conclure cette échange ?

Merci pour cette interview ! Je viens de sortir une Édition Deluxe de mon EP « Brutal Pop » avec en bonus une reprise de « I Follow Rivers » de Lykke Li (brutalisé, of course) et un remix techno de la chanson « Fast Car ».

Une version physique sera bientôt disponible sur le Bandcamp de SUN. Mon équipe et moi bossons sur de belles collaborations et l’année prochaine sortira le film de Tony Gatlif avec de la musique de SUN. J’ai hâte et n’hésitez pas à me rejoindre sur les réseaux !

Vous aimerez aussi...