chronique

MAC DEMARCO
/Album Here Comes The Cowboy
/sortie le 10 mai 2019

// Chronique du 6e album (sans compter les démos !) de Mac DeMarco, le mec le plus cool de la musique rock qui l’a peut être ici trop été.
   
Incroyable succès de Mac DeMarco depuis l’album Another One en 2016 qui l’a fait entrer dans le petit panthéon du rock indé. Depuis ses début en 2012, Mac DeMarco a eu le mérite de ne jamais avoir trahi sa musique : l’honnêteté artistique du bonhomme est réelle. Il fait ce qu’il veut (avec ses cheveux aussi, enfin ses casquettes) et surtout de façon efficace.
 
Mac DeMarco étonne, amuse, charme, et convainc. Son rock lo-fi très harmonieux donne naissance à des ballades sonnant comme des virées bucoliques et foutraques à la campagne. Le plus fort étant de ne jamais tourner mièvre. This Old Dog, sorti en 2017, a réussi à retranscrire les talents de compositions de DeMarco au travers de chansons entêtantes. Que dire des prestations scéniques qui nous donnent l’impression d’assister à un buff ente potes, à coup de bières (et autres – la modération n’est pas un terme familier du Mac) et de guitares électriques et folk toutes aussi loufoques que romantiques.
 
 
Beaucoup d’attente au vu du succès grandissant et dès lors, une première déception. Here Comes The Cowboy sonne … et bien il sonne comme du DeMarco. Indéniablement bien écrit car l’artiste est brillant, il n’apporte cependant rien de nouveau. Cela aurait pu être 13 démos non retenues sur l’avant dernier disque.
 
Et pourtant tout y est : la voix incroyablement juste, la mélodie folk à souhait et toujours aussi enivrante. Mais le problème est que la continuité est telle que certains titres sont à une tonalité prêt les mêmes que ceux du disque dernier (Heart to Heart, Nobody, Hey Cowgirl , On The Square usent du même piano, du même synthé, du même arpège que nombres de titres de This Old Dog et Another One). Redite dites-vous ? Oui cela est indéniable. Le risque est ici de faire glisser le Mac dans le mainstream de fin de soirée.
 
Néanmoins, certains sortent du lot, un brin de fantaisie subsiste avec le très rigolo Choo Choo, Baby Bye Bye discordante à souhait, et l’intro Here Comes The Cowboy.
 
Que dire des autres morceaux de cet album : ils sont efficaces mais sans surprise. Finally Alone sonne comme du très bon DeMarco, et il est assez dur de faire un tel compliment. Sonner comme … c’est un peu signer la mise à mort de sa créativité. Le riff country règne en maître sur des titres tels All of Your Yesterdays, Preoccupied et K. C’est plaisant, mais déjà entendu.
 
 
Le premier mot est frustration. Frustration de ne pas avoir été emportés par un vent de folie en découvrant cet album. Frustration de ne pas ressortir d’une écoute avec des titres qui nous ont particulièrement marqué et avides de les faire découvrir à d’autres. Enfin, et ce malgré des clips assez rigolos, inquiétude quant à ce que va devenir le live. Picoler sur scène, faire des blagues et surfer sur la foule ne suffira peut être plus cette fois-ci. Soyons optimistes car cet Here Comes The Cowboy reste un bon disque, il ravira ceux qui découvriront l’artiste à cette occasion. Faisons confiance au Mac pour se réinventer un brin, quitte à se donner un peu de temps avant la suite.
 
 

A écouter d’office : Finally Alone, Choo Choo, On The Square, Skyless Moon

La Note : 6,5 /10

Site : https://www.mac-demarco.com/news/

Facebook : https://www.facebook.com/MacDeMarcoBand/

En tournée : https://www.mac-demarco.com/tour/

13 novembre, Ancienne Belgique, Bruxelles (Belgique)

15 novembre, Zénith, Paris (75)

17 novembre, Aéronef, Lille (59)

Vous aimerez aussi...